Pour commencer :

Proxmox Virtual Environment est une solution de virtualisation libre basé sur Debian.

Contrairement à un client tel que VirtualBox ou VMWare Player/Workstation installé sur un système hôte (Windows, Linux, ou MacOs), Proxmox est le système hôte lui même et permet de virtualiser directement.

Ainsi vous êtes certains de ne pas perdre en ressources et performances car votre machine et dédiée à cela.


Tests

Afin de tester cette solution, j’ai commencé par utiliser mon ancien ordinateur personnel en tant que serveur.
Caractéristiques :

  • Processeur : Intel® Core™ i5-4460 @3,40 GHz
  • Mémoire Vive : HyperX FURY Black 8Go DDR3 @1600MHz
  • Stockage : 1x 320Go et 2x 500Go (RAID 1)

Grâce à l’ISO téléchargeable sur le site de Proxmox, et à la documentation également disponible, j’ai créé une clé d’amorçage et je me suis lancé à la découverte de ce système.

Après plusieurs installation, notamment pour pouvoir personnaliser l’espace de stockage de façon utile, et après avoir créé à plusieurs reprises mes partitions, j’ai commencé à créer mes VM (Machines Virtuelles).


Changement de serveur et montée de version de PVE

Mes besoins de ressources étant grandissants de mois en mois j’ai donc décidé d’acquérir un serveur reconditionné. Mon choix s’est porté sur un serveur rack Dell R610 :

  • Processeurs : 2x Intel Xeon X5650 @ 2.67GHz
  • Mémoires Vive : 4x 4GB PC3-10600R DDR3 @1333Mhz
  • Stockage : 2x 146Go (RAID 1) et 4x 300Go (RAID 5)

De plus, une nouvelle version de PVE est sortie entre temps, j’en ai donc profité pour mettre à jour vers la dernière version. Une fois le système installé, configuré et opérationnel, il ne me restait que le plus difficile à faire, migrer les VM de mon ancien vers mon nouveau serveur.

Après quelques recherches, j’ai trouvé un petit article qui date un peu mais qui explique très bien la sauvegarde et restauration sous Proxmox !

Aujourd’hui sur cette machine tournent continuellment :

  • Un Active Directory avec DNS sous Windows Server 2019 Datacenter.
  • Un DHCP & WDS (Windows Deployment Services) sous Windows Server 2019 Datacenter.
  • Un serveur de supervision (PRTG au début, Centreon actuellement).
  • Un serveur déploiement d’application (Wapt) sous Debian 10.
  • Une VM de test Windows 10 2004 pour tester le déploiement de mes applications et GPO.

Installation d’un certificat SSL

Afin de sécuriser un peu plus mon serveur et d’en finir avec l’alerte j’ai tout récemment (enfin) décidé d’installer un certificat SSL.

Pour cette opération après de multiple recherche et test, je me suis dirigé sur la GUI dans les paramètres System > Certificates de mon SERVEUR (et non pas du pool de serveur) dans la catégorie ACME.


Vous pouvez retrouver mes différentes configurations concernant cette machine sur GitHub !

Publié le 26 Octobre 2020 – Édité le 26 Octobre 2020